Moyen-Orient : La future dépouille du califat de Daech attise la convoitise des impérialistes

Hervé (AL Marseille)

La prise de pouvoir de Donald Trump bouscule les équilibres en Irak et en Syrie. Les États-Unis entendent bien défendre leurs intérêts, et la défaite prochaine de l’État islamique ne fera donc pas cesser les hostilités.

L’arrivée d’un nouveau locataire à la Maison Blanche est toujours un évènement pour le Moyen-Orient, tant la destinée de cette région est influencée par l’impérialisme américain. Donald Trump était d’autant plus attendu qu’il avait promis des changements de politiques étrangères en contradiction avec les volontés de l’establishment de Washington : moins d’aventurisme guerrier, rapprochement avec le Kremlin, priorité à la lutte contre Daech sur le changement de régime en Syrie, remise en cause de l’accord nucléaire avec l’Iran.

Continue reading “Moyen-Orient : La future dépouille du califat de Daech attise la convoitise des impérialistes”

Zerocalcare : « Nous avons eu envie de populariser la cause kurde »

Par Stef et Lulu (AL Nantes)

À l’occasion de sa venue sur Nantes, des camarades d’Alternative libertaire de Nantes l’ont rencontré l’auteur de Kobanê Calling, Zerocalcare (voir Alternative libertaire d’octobre 2016).

Alternative libertaire : Qu’est-ce qui t’a motivé à t’intéresser au Kurdistan et en particulier au Rojava ?

Zerocalcare : À l’âge de 16 ans, j’ai commencé à m’intéresser à la politique, et notamment à participer aux activités des centres sociaux italien [1], à Rome en particulier. À la fin des années 1990, Öcalan est venu à Rome pour demander l’asile politique à l’Italie. À cette occasion, des milliers de Kurdes européens ont convergé sur Rome. Les centres sociaux italiens ont pris en partie en charge la logistique (nourriture, hébergements..) des Kurdes. À cette époque des liens forts ont été créés avec la cause kurde. C’est pourquoi, quand nous avons vu les images de Kobané assiégée Avec les camarades romains des centres sociaux, nous avons eu envie de populariser la cause kurde et la résistance à Daech.

Continue reading “Zerocalcare : « Nous avons eu envie de populariser la cause kurde »”

Démocratie et capitalisme sont incompatibles

Par Grégoire (AL Orléans)

Avec les « affaires » rattrapant de plus en plus de politiciens (Publifin en Belgique,  Fillon, Le Pen et Macron en France), la « moralisation de la vie politique » ou la « démocratie réelle » deviennent de plus en plus centrales dans certains discours à gauche. En Espagne, où les affaires de corruption se sont multipliées, elle est le fer de lance du parti Podemos, qui sert de modèle à la France insoumise et à d’autres formations en Europe.

Évidemment, on ne peut que critiquer la concentration du pouvoir entre les mains d’un président comme en France, les passages en force à coup d’articles 49.3 comme pendant la loi travail, l’immunité dont font la plupart du temps preuve les politiciens, la mise à l’écart des petits candidats aux législatives.

Pour autant, pourrait-il y avoir une démocratie authentique dans le cadre du capitalisme ? En effet, le capitalisme place le champ économique « hors démocratie », entre les mains d’une minorité non élue, au pouvoir quasi héréditaire : les capitalistes. Or c’est bien la possession des moyens de production qui détermine qui dirige.

Continue reading “Démocratie et capitalisme sont incompatibles”

Après Alep (1) – Les misères de l’anti-impérialisme

Par Julien Clamence (AL BXL)

longform-original-25288-1426761248-4

La chute des rebelles à Alep a fait couler beaucoup d’encre et de pixel dans un monde où elle sera malheureusement oubliée dans quelques semaines. Le train de l’actualité continue sa course, passe d’un massacre à l’autre, et rend l’exercice de mémoire et d’analyse de plus en plus difficile. Pourtant le « moment » d’Alep a été caractérisé par une explosion des hystéries politiques qui n’a pas épargné les courants radiaux et révolutionnaires.

Ce sont opposés deux lignes fortes : d’un côté les anti-impérialistes vouant l’atlantisme aux gémonies et se réjouissant, ouvertement ou non, de la destruction d’un foyer d’islamistes radicaux par les troupes nationalistes d’Assad et de Poutine ; de l’autre, les défenseurs de la révolution syrienne originelle, persuadé que le peuple d’Alep était uni derrière un idéal politique progressiste qu’il fallait défendre à tous prix.

Entre les deux une incroyable bataille communicationnelle, où se distingue largement la propagande pro-Assad et pro-russe. Son audience a été considérable et elle mérite qu’on s’arrête un instant sur la manière dont le discours anti-impérialiste (et, en fait, anti-mainstream) a dégénéré au point de donner bonne conscience à ceux qui se rangent aujourd’hui à l’ombre d’un empire non moins terrifiant qu’est celui de Poutine.

Continue reading “Après Alep (1) – Les misères de l’anti-impérialisme”

Proudly powered by WordPress | Theme: Baskerville 2 by Anders Noren.

Up ↑