Silvia Federici (historienne) : « Le capitalisme sépare et isole les femmes »

Propos recuillis par Hourya Bentouhami (AL Tarn)

Comment le capitalisme a-t-il été possible ? En bonne partie par le travail domestique des femmes, qui a rendu les hommes disponibles pour le salariat. Silvia Federici explique ainsi l’idéologie patriarcale qui a jeté le soupçon et combattu la sociabilité entre femmes, qui risquait de les distraire de cet indispensable rôle de servante.

AL : Est-ce que tu peux nous expliquer ton parcours qui va de l’étude de la chasse aux sorcières (dans Caliban et la Sorcière) comme ayant contribué selon toi à la première forme d’accumulation primitive avec les enclosures [1] des femmes, à la réflexion que tu mènes aujourd’hui sur le travail domestique et le capitalisme à une échelle globale dans ce qui s’apparente à une forme de néocolonialisme ?

Silvia Federici : Dans les années 1970, on a commencé à analyser le travail de reproduction, le travail domestique, comme étant un terrain très important d’exploitation des femmes et de luttes dans les sociétés capitalistes. Cela nous a conduits à penser que les femmes doivent mener une lutte autonome et pas seulement assurer une fonction de soutien des luttes des hommes.

À partir de cette perspective, j’ai commencé à penser l’histoire de la construction du travail domestique, et cela m’a conduite à repenser l’histoire de l’accumulation primitive. J’ai compris très tôt qu’il était important de comprendre ce qu’est le capitalisme, comment il s’est développé, et comment s’est transformé le travail que l’on appelle dans la société moderne travail de reproduction – surtout le travail ménager.

Je me suis donc intéressée aux sociétés précapitalistes pour comprendre comment ce travail a été transformé, surtout en Europe. J’ai alors étudié le Moyen Âge. Et j’ai compris que dans la société féodale, qui était une société très opprimante en raison de la servitude (qui était un système d’exploitation très fort), le serf dans beaucoup de cas avait en guise de salaire accès à la terre, donc à des moyens de reproduction [2].

Continue reading “Silvia Federici (historienne) : « Le capitalisme sépare et isole les femmes »”

Proudly powered by WordPress | Theme: Baskerville 2 by Anders Noren.

Up ↑