Mobilisation avec et pour les sans-papiers à partir du 20 juin à Bruxelles

CARAVANE POUR L’EGALITE, LA DIGNITE ET LA JUSTICE SOCIALE

APPEL À L’ACTION ET A LA MOBILISATION

tract-collectif

Nous sommes des demandeurs d’asile, des réfugiés, des sans-papiers, des migrants,
des européens dit d’origine immigrée ; nous sommes toutes celles et ceux qui ne sont pas
citoyen de plein droit. Nous sommes celles et ceux que l’on étiquette comme ne venant
pas d’ici. Notre origine réelle ou supposée est l’argument pour nous priver de nombreux
droits. Pourtant notre vie est ici, et comme tout le monde, nous cherchons simplement à
construire une vie digne pour nous et nos familles. Notre colère est aussi partagée par des
citoyens européens qui refusent les politiques migratoires racistes et le néo-libéralisme
économique de l’Union Européenne.

Continue reading “Mobilisation avec et pour les sans-papiers à partir du 20 juin à Bruxelles”

Les Black Panthers, au-delà du mythe

Par Florian (AL Paris Sud)

Black-Panthers-Party-People (1)L’évocation du Black Panther Party réveille bien souvent des sentiments contradictoires parmi les révolutionnaires, entre fascination et circonspection. Il est donc essentiel d’en avoir une approche détachée pour comprendre la fulgurante histoire de ce parti et tirer le bilan de ces expériences pour les luttes actuelles.

Dès sa création le Black Panther Party (BPP) attire l’attention des autorités américaines et particulièrement celle du FBI, qui va dans les années 1960-1970 être très active contre les mouvements révolutionnaires. Avec le BPP, le FBI va se montrer impitoyable, tous les moyens seront bons pour éradiquer cette organisation politique. D’une certaine manière, le BPP a condensé toutes les peurs de l’Amérique blanche, raciste et puritaine.

Continue reading “Les Black Panthers, au-delà du mythe”

Islamophobie en France: Dix ans de construction du «  problème musulman  »

Par Nicolas Pasadena (commission antiraciste)

1236886_593480094071162_1971563677_nUne décennie après la première loi sur les « signes religieux ostentatoires », qui visait en fait le foulard islamique, la construction du « problème musulman » n’a fait que prospérer, véritable cheval de Troie du racisme.

En 2003, le voile refit une entrée fracassante dans le débat, en pleine période post-11 septembre. Un débat d’une année entière conduira à la proclamation, le 15 mars 2004, de la loi d‘interdiction des signes religieux ostentatoires dans les écoles, collèges et lycées publics. Depuis, cela ne s’est pas arrêté : en 2009-2010 (à l’occasion simultanée d’un débat sur l’identité nationale et de la réforme des retraites) ce sera l’interdiction du nikab qui occupera le débat toute une année. Puis la circulaire Chatel interdisant aux mères voilées d’accompagner des enfants pour les sorties scolaires. Dernièrement, ce fut à l’université qu’il fut proposé de l’interdire.

Continue reading “Islamophobie en France: Dix ans de construction du «  problème musulman  »”

L’action directe d’Emile Pouget.

Ce qu’on entend par « Action directe »

PougetL’Action directe est la symbolisation du syndicalisme agissant. Cette formule est représentative de la bataille livrée à l’exploi­tation et à l’oppression. Elle proclame, avec une netteté qu’elle porte en soi, le sens et l’orientation de l’effort de la classe ouvrière dans l’assaut livré par elle, et sans répit, au capitalisme.

L’Action directe est une notion d’une telle clarté, d’une si évi­dente limpidité, qu’elle se définit et s’explique par son propre énoncé. Elle signifie que la classe ouvrière, en réaction constante contre le milieu actuel, n’attend rien des hommes, des puissances ou des forces extérieures à elle, mais qu’elle crée ses propres con­ditions de lutte et puise en soi ses moyens d’action. Elle signifie que, contre la société actuelle qui ne connaît que le citoyen, se dresse désormais le producteur. Celui-ci, ayant reconnu qu’un agrégat social est modelé sur son système de production, entend s’attaquer directement au mode de production capitaliste pour le transformer, en éliminer le patron et conquérir ainsi sa souverai­neté à l’atelier – condition essentielle pour jouir de la liberté réelle.

Négation du démocratisme

L’Action directe implique donc que la classe ouvrière se ré­clame des notions de liberté et d’autonomie au lieu de plier sous le principe d’autorité. Or, c’est grâce au principe d’autorité, pivot du monde moderne – dont le démocratisme est l’expression der­nière – que l’être humain, enchaîné par mille liens, tant moraux que matériels, est châtré de toute possibilité de volonté et d’initiative.

De cette négation du démocratisme, mensonger, et hypocrite, et forme ultime de cristallisation de l’autorité, découle toute la méthode syndicaliste. L’Action directe apparaît ainsi comme n’étant rien d’autre que la matérialisation du principe de liberté, sa réalisation dans les masses : non plus en formules abstraites, vagues et nébuleuses, mais en notions claires et pratiques, généra­trices de la combativité qu’exigent les nécessités de l’heure ; c’est la ruine de l’esprit de soumission et de résignation, qui aveulit les individus, fait d’eux des esclaves volontaires, – et c’est la floraison de l’esprit de révolte, élément fécondant des sociétés humaines.

Continue reading “L’action directe d’Emile Pouget.”

Le Noir: décoloniser l’anarchisme et défier l’hégémonie blanche

Par 

Source : http://budourhassan.wordpress.com/2013/09/28/le-noir-decoloniser-lanarchisme-et-defier-lhegemonie-blanche/

5101142993_487d65f0a8_oL’apparition dans les rues du Caire, en janvier 2013, du Black Bloc égyptien a déclenché une candide euphorie dans les cercles anarchistes occidentaux. Aucun intérêt n’a été accordé à la ligne politique du Black Block – ou à son absence -, à ses stratégies ou à ses prises de positions sur le plan économique et social. Pour la majorité des anarchistes occidentaux, il leur a suffi que les membres du Black Bloc leur ressemblent et qu’ils soient vêtus comme eux pour susciter en leur sein une admiration inconditionnelle. Les pages Facebook des anarchistes israéliens furent inondées de photos d’activistes du Black Bloc en question. Parcourir la blogosphère des anarchistes américains, pendant cette période, donne l’impression que ce Black Bloc marquait la première rencontre que l’Égypte ait jamais connu avec l’anarchisme ou l’anti-autoritarisme.

Mais comme le soulignait l’écrivain américain Joshua Stephens, la réaction de joie exprimée par beaucoup d’anarchistes occidentaux pour le Black Bloc soulève des questions peu radieuses sur leur obsession de la forme et de la représentation, plutôt que sur le fond et les actions. En d’autres termes, ces anarchistes ne sont pas si différents des islamistes, qui se sont empressés de qualifier le Black Bloc de blasphématoire et d’impie à cause de leur style occidental. Par ailleurs, beaucoup de réactions ont été révélatrices de l’attitude orientaliste des anarchistes occidentaux, notamment par leur mépris pour l’histoire pourtant abondante de l’anarchisme en Égypte et au Moyen-Orient. Comme le démontre l’anarchiste égyptien Yasser Abdullah, l’anarchisme en Égypte remonte aux années 1870 et a nourri la révolte d’Urabi Pacha en 1881; les anarchistes grecques et italiens avaient aussi organisé des grèves et des manifestations avec les travailleurs égyptiens. Ces luttes sont nonchalamment écartées d’un revers de la main par ceux qui, aujourd’hui, font comme si ce Black Bloc était le premier groupe authentiquement radical qui ait honoré le sol égyptien.

Continue reading “Le Noir: décoloniser l’anarchisme et défier l’hégémonie blanche”

La barricade

ImageFace à face se trouvent les deux défenses ennemies : la barricade du peuple et la tranchée militaire. La barricade montre au soleil son énorme masse irrégulière et paraît fière de sa difformité. La tranchée militaire fait valoir ses lignes géométriques et sourit de sa rivale contrefaite. Derrière la barricade se tient le peuple insurgé, derrière la tranchée se trouve la milice. Continue reading “La barricade”

Proudly powered by WordPress | Theme: Baskerville 2 by Anders Noren.

Up ↑