Citoyennisme : Une stratégie inoffensive face au capitalisme

Floran Palin (AL Marne)

Le citoyennisme propose en général un recyclage des recettes passées, qui ni à la hauteur de la crise que rencontre le capitalisme, ni satisfaisant politiquement, ne promettant qu’une meilleure gestion du capitalisme.

Le citoyennisme est une nébuleuse, un mouvement épars, sans programme cohérent, mais reprenant et mélangeant les analyses et propositions d’auteurs altercapitalistes médiatisés. Pour autant, ces auteurs nous conduisent dans l’impasse pour en finir avec les crises et les inégalités.

Bernard Friot : un collectivisme économique relooké

Le projet de société de Bernard Friot repose sur cinq piliers : la suppression de la propriété lucrative, remplacée par la propriété d’usage, le versement d’un salaire à vie, la rémunération à la qualification (selon une échelle de une à quatre fois le smic, avec un smic net à 1500 euros), l’extension de la cotisation comme alternative au salaire direct, la création monétaire sans crédit. Il rappelle grandement les bases du collectivisme économique, alliant propriété collective (ici gérée par l’Etat), et distribution marchande (contrairement au communisme, qui la supprime).

Continue reading “Citoyennisme : Une stratégie inoffensive face au capitalisme”

De quoi Take Eat Easy est-il le nom ? Le rôle des plateformes de livraison dans l’évolution du capitalisme

Par Mancur Olson, des Free Riders

26967441621_ecdeaf3238_oDepuis quelques jours, la faillite de Take Eat Easy (TEE) fait les choux gras de la grande presse. Après  avoir fait l’apologie de cette nouvelle économie collaborative, les fonctionnaires de l’information du capital se retrouvent encore une fois surpris par un échec qui n’était pourtant pas si difficile à prédire. Nous ne reviendrons pas ici sur les conditions internes ou le fonctionnement de TEE, déjà traités par deux articles auxquels nous vous renvoyons (ici et ). Dans le présent article, nous tâcherons plutôt d’analyser les raisons de l’échec de TEE et aussi les dynamiques et les enseignements à retenir pour les révolutionnaires qui s’intéresseraient à ce type de société spécialisée et plus largement aux dynamiques du secteur de l’économie numérique.

Continue reading “De quoi Take Eat Easy est-il le nom ? Le rôle des plateformes de livraison dans l’évolution du capitalisme”

Hongrie : Construction d’un État fasciste

Par Gyula (ami d’AL)

Magyarországi_választás_2010_Jobbik_vadplakát_Fidesz_óriásplakátLa Hongrie est gouvernée par un parti, le Fidesz, comparable au FN, comme il l’a montré ces dernières semaines dans sa « gestion » odieuse de la crise des migrants. En résulte la construction progressive, incomplète pour l’instant mais reposant sur des bases assurées, d’un régime autoritaire tendant vers le fascisme. État des lieux.

En juillet 2014, Viktor Orbàn, Premier ministre hongrois, décrivait en ces termes son projet politique : « La nation hongroise n’est pas une simple addition de personnes, mais une communauté qui doit être organisée, renforcée et construite. En ce sens, le nouvel État que nous construisons en Hongrie est illibéral. »

Orbàn défendait par ces termes l’idée que l’avenir – en tant que recours ultime dans un contexte de crise économique – était aux États autoritaires, et citait comme exemples la Chine, l’Inde, Singapour, la Russie et la Turquie. Un an après, nous pouvons faire un état des lieux de la façon dont le parti d’extrême-droite au pouvoir – le Fidesz – construit progressivement un État fasciste.

Continue reading “Hongrie : Construction d’un État fasciste”

Mettre le feu à la corde : sur la révolte de Baltimore et les autres à venir

Par Romina Akemi (Black Rose Anarchist Federation / Federación Anarquista Rosa Negra), traduit de l’anglais par Alternative Libertaire Bruxelles

LOS ANGELES, CALIFORNIE

Baltimore-uprisingAu petit matin du 1er mai, Marilyn Mosby, procureure général de la ville de Baltimore, annonçait des poursuites pénales à l’encontre des six policiers responsables du meurtre de Freddie Gray. Les poursuites comportent le meurtre au second degré et l’homicide involontaire. Victoire amère qui illustre l’impact des manifestations de masse face à l’injustice. Durant son annonce Mosby a affirmé « citoyens de Baltimore et manifestants de toute l’Amérique. J’ai entendu votre appel ; pas de justice, pas de paix. Votre paix est pourtant nécessaire pour que je puisse livrer justice au nom de ce jeune homme ».

Alors que des milliers de manifestant.e.s marchaient dans les rues de Baltimore et à travers tout le pays, il parait évident que ce camouflet de justice n’est pas suffisant. Dans un article du New York Times, un habitant de Sandtown dans le Winchester affirmait “je pense qu’ils poursuivent les officiers de police juste pour calmer la population, mais je ne pense pas qu’ils seront reconnus coupables”.

Continue reading “Mettre le feu à la corde : sur la révolte de Baltimore et les autres à venir”

Blockupy Francfort : Gâchons la fête du capital

Par Laurent Esquerre (AL Paris nord-est)

1779727_392511644249213_402881693095183501_nÀ l’occasion de l’inauguration du nouveau siège de la BCE à Francfort le 18 mars prochain, les anticapitalistes allemands et de toute l’Europe s’organisent pour jouer les trouble-fête.

Mercredi 18 mars 2015, les chefs d’état de l’Union européenne et tout ce que l’Europe compte de gros bonnets de la banque et de la finance se ­retrouveront à Francfort pour inaugurer le nouveau siège de la Banque centrale européenne (BCE) dans une atmosphère de fête.

Ce rassemblement sera celui d’une oligarchie qui entend célébrer et mettre en scène sa puissance. Celle-ci est symbolisée par un édifice surmonté d’une tour de verre et de béton haute de 185 mètres.

L’architecture monumentale parle pour elle-même : elle se veut intimidante à l’image de cette composante de la troïka [1]. Le coût de ce temple de la finance est à l’avenant, puisque la note s’élève à ce jour à 1,3 milliard d’euros. Cette gabegie est d’autant plus révoltante que la BCE est un des principaux leviers des politiques d’austérité qui frappe des centaines de millions de travailleuses et de travailleurs en Europe. Un grand projet inutile, un de plus.

Continue reading “Blockupy Francfort : Gâchons la fête du capital”

L’hypothèse grecque. Sur les luttes, les alternatives et le dégouvernement

Par Organisation Socialiste Libertaire – Lausanne – Février 2015

10526007_810347929018692_2869869300897579126_nSYRIZA cherche un chemin pour satisfaire, au moins en partie, aux revendications qui l’ont porté au pouvoir et pour desserrer l’étreinte de la dette sur la Grèce. Cette gauche radicale, désormais «de gouvernement», arrive aux affaires en coalition avec les nationalistes de droite de AN.EL et après une victoire électorale certes significative, mais qui fait de la coalition une force majoritaire du point de vue parlementaire mais minoritaire dans la société.

La victoire de SYRIZA est un événement politique, non seulement pour la Grèce, mais pour l’Europe. Il s’agit d’une avancée importante dans la période que nous traversons. Le positionnement politique d’une fraction importante du salariat et du peuple, fût-il à travers le vote et la politique de délégation, n’est pas rien. Il y a un engagement des classes populaires dans ce processus politique. Ne pas sous-estimer cette expression, ne pas la mépriser est nécessaire. Cela n’enlève rien à la fermeté et à la clarté d’une politique qui opte pour l’autonomie populaire. L’action directe de masse, la prééminence du rapport de force sont premières. La question centrale est de viser toujours le déploiement du contre-pouvoir, de la contre-hégémonie, avec à la clef la construction du pouvoir populaire.

Continue reading “L’hypothèse grecque. Sur les luttes, les alternatives et le dégouvernement”

Proudly powered by WordPress | Theme: Baskerville 2 by Anders Noren.

Up ↑